Consultez ALLO DOC PHOTO ou contactez-moi

(un petit commentaire sera apprécié / a comment will be appreciated)

back.png
la grille d'Honneur
La destruction, en 1808, de l'aile Renaissance a permis d'ouvrir la cour du château sur la ville.
Le projet de Napoléon prévoyait également un vaste plan d'aménagement de la place et le percement d'avenues convergentes.
Seule, la magnifique "grille aux emblèmes" (1809-1810) par Hurtault témoigne de ce grand dessein.
la grille d'Honneur
détail de la magnifique "grille aux emblèmes" (Hurtault, 1809-1810)
la grille d'Honneur
l'aigle napoléonien
la cour du Cheval Blanc
grande cour d'Honneur construite sous François Ier
vue de l'escalier en fer à cheval
la cour du Cheval Blanc
l'aile Louis XV
la cour du Cheval Blanc
l'aile des Ministres
l'aile de l'escalier en Fer à Cheval
l'aile de l'escalier en Fer à Cheval
avec la Tour de l'Horloge (chapelle du château)
l'escalier en Fer à Cheval
l'escalier en Fer à Cheval
buste de François Ier
la galerie des Assiettes
Cette galerie a été aménagée par Louis-Philippe vers 1984.
On y installe au plafond des peintures d'Ambroise Dubois du début du XVIIᵉ siècle, déposées de la galerie de Diane.
la galerie des Assiettes
Le cabinet en porcelaine de Sèvres illustre le mariage en 1837 du duc d'Orléans, fils aîné du roi.
la galerie des Assiettes
Louis-Philippe fit encastrer dans les boiseries de style Renaissance 128 assiettes en porcelaine de Sèvres.
la galerie des Assiettes
Elles représentent divers événements qui eurent lieu à Fontainebleau, la forêt, d'autres maisons royales, et des lieux visités par Louis-Philippe à l'étranger.
la galerie des Fastes
Cette galerie, créée sous Napoléon III, devait réunir des tableaux représentant des scènes historiques dont Fontainebleau avait été le témoin mais ce projet n'a pas été réalisé.
Parmi les tableaux exposés aujourd'hui, plusieurs répondent à cette idée comme "l'entrevue de Napoléon Ier et de Pie VII à Fontainebleau" par Demarne et Denouy (1808) ou encore "Vue du Château et des Jardins de Fontainebleau après les travaux de 1713" par P.-D.Martin (1718)
la galerie des Fastes
le chiffre de Napoléon III
(détail du plafond)
la galerie des Fastes
"Henri IV relevant Sully à Fontainebleau"
(par Alexandre Millin du Perreux)
le Vestibule de la Chapelle
Le vestibule, situé au débouché de l'escalier en fer-à-cheval construit sous Louis XIII, était l'une des entrées principales du château.
Il permettait également au roi d'accéder à la tribune de la chapelle.
Ce vestibule comporte de très belles portes en chêne sculpté entourées d'un riche encadrement de pierre.
la Chapelle de la Trinité
le maître-autel avec "la Sainte Trinité au moment de la descente de la Croix"
(par Jean Dubois)
la Chapelle de la Trinité
détail du parement
la Chapelle de la Trinité
la tribune royale
anges tenant un cartouche avec les armes de la France et celles de Marie de Médicis entourées du collier de l’ordre de Saint Michel
la Chapelle de la Trinité
statue de Charlemagne à l'effigie d'Henri IV
(par Francesco Bordoni)
la Chapelle de la Trinité
statue de Saint-Louis à l'effigie de Louis XIII
(par Francesco Bordoni)
la Chapelle de la Trinité
les boiseries des chapelles latérales
(restaurées eu Second Empire)
la Chapelle de la Trinité
détail du plafond
"le Christ triomphant au jour du Jugement Dernier, entouré des sept premières intelligences et de la justice"
(par Martin Fréminet)
la Chapelle de la Trinité
la tribune royale
la Chapelle de la Trinité
la tribune royale avec le tapis fleurdelysé de la Savonnerie
la galerie François Ier
la galerie François Ier
la galerie François Ier
détail des boiseries
la galerie François Ier
"l'éléphant caparaçonné"
(par Rosso Fiorentino)
la galerie François Ier
détail des boiseries
la galerie François Ier
"l'incendie"
(par Rosso Fiorentino)
la galerie François Ier
buste de François Ier
la galerie François Ier
la salamandre, emblème de François Ier, avec la devise
"je me nourris du bon feu et j'éteins le mauvais"
la salle des Gardes
Première pièce de l'appartement du roi, elle est occupée par des soldats sous François Ier.
Elle devient salle de réception sous Louis XIII, est restaurée sous Louis-Philippe et sert de salle à manger sous Napoléon III.
la salle des Gardes
la cheminée
la salle des Gardes
la salle des Gardes
détail du plafond
les chiffres royaux
la salle des Gardes
la salle des Gardes
un vase en porcelaine de Sèvres
la chambre de la Duchesse d'Étampes
Favorite de François Ier, sa chambre est décorée par Le Primatice.
Au XVIIIᵉ siècle, Louis XV la transforme en escalier pour servir d'accès à l'appartement du roi.
la chambre de la Duchesse d'Étampes
"l'apothéose d'Alexandre"
(détail du plafond, créé à la demande de Louis-Philippe)
la chambre de la Duchesse d'Étampes
la chambre de la Duchesse d'Étampes
la salle de bal
la salle de bal
détail du plafond
la salle de bal
la Rotonde
antichambre des appartements de Madame de Maintenon
la Rotonde
la Déesse de la Nature
(par Niccolò Pericoli dit Tribolo)
Commandée par François Ier en 1529 afin de servir de support à une vasque.
SUITE