la grille d'Honneur

la grille d'Honneur

La destruction, en 1808, de l'aile Renaissance a permis d'ouvrir la cour du château sur la ville. Le projet de Napoléon prévoyait également un vaste plan d'aménagement de la place et le percement d'avenues convergentes. Seule, la magnifique "grille aux emblèmes" (1809-1810) par Hurtault témoigne de ce grand dessein.

la grille d'Honneur

la grille d'Honneur

détail de la magnifique "grille aux emblèmes" (Hurtault, 1809-1810)

la grille d'Honneur

la grille d'Honneur

l'aigle napoléonien

la cour du Cheval Blanc

la cour du Cheval Blanc

grande cour d'Honneur construite sous François Ier vue de l'escalier en fer à cheval

la cour du Cheval Blanc

la cour du Cheval Blanc

l'aile Louis XV

la cour du Cheval Blanc

la cour du Cheval Blanc

l'aile des Ministres

l'aile de l'escalier en Fer à Cheval

l'aile de l'escalier en Fer à Cheval

l'aile de l'escalier en Fer à Cheval

l'aile de l'escalier en Fer à Cheval

avec la Tour de l'Horloge (chapelle du château)

l'escalier en Fer à Cheval

l'escalier en Fer à Cheval

l'escalier en Fer à Cheval

l'escalier en Fer à Cheval

buste de François Ier

la galerie des Assiettes

la galerie des Assiettes

Cette galerie a été aménagée par Louis-Philippe vers 1984. On y installe au plafond des peintures d'Ambroise Dubois du début du XVIIᵉ siècle, déposées de la galerie de Diane.

la galerie des Assiettes

la galerie des Assiettes

Le cabinet en porcelaine de Sèvres illustre le mariage en 1837 du duc d'Orléans, fils aîné du roi.

la galerie des Assiettes

la galerie des Assiettes

Louis-Philippe fit encastrer dans les boiseries de style Renaissance 128 assiettes en porcelaine de Sèvres.

la galerie des Assiettes

la galerie des Assiettes

Elles représentent divers événements qui eurent lieu à Fontainebleau, la forêt, d'autres maisons royales, et des lieux visités par Louis-Philippe à l'étranger.

la galerie des Fastes

la galerie des Fastes

Cette galerie, créée sous Napoléon III, devait réunir des tableaux représentant des scènes historiques dont Fontainebleau avait été le témoin mais ce projet n'a pas été réalisé. Parmi les tableaux exposés aujourd'hui, plusieurs répondent à cette idée comme "l'entrevue de Napoléon Ier et de Pie VII à Fontainebleau" par Demarne et Denouy (1808) ou encore "Vue du Château et des Jardins de Fontainebleau après les travaux de 1713" par P.-D.Martin (1718)

la galerie des Fastes

la galerie des Fastes

le chiffre de Napoléon III (détail du plafond)

la galerie des Fastes

la galerie des Fastes

"Henri IV relevant Sully à Fontainebleau" (par Alexandre Millin du Perreux)

le Vestibule de la Chapelle

le Vestibule de la Chapelle

Le vestibule, situé au débouché de l'escalier en fer-à-cheval construit sous Louis XIII, était l'une des entrées principales du château. Il permettait également au roi d'accéder à la tribune de la chapelle. Ce vestibule comporte de très belles portes en chêne sculpté entourées d'un riche encadrement de pierre.

la Chapelle de la Trinité

la Chapelle de la Trinité

le maître-autel avec "la Sainte Trinité au moment de la descente de la Croix" (par Jean Dubois)

la Chapelle de la Trinité

la Chapelle de la Trinité

détail du parement

la Chapelle de la Trinité

la Chapelle de la Trinité

la tribune royale anges tenant un cartouche avec les armes de la France et celles de Marie de Médicis entourées du collier de l’ordre de Saint Michel

la Chapelle de la Trinité

la Chapelle de la Trinité

statue de Charlemagne à l'effigie d'Henri IV (par Francesco Bordoni)

la Chapelle de la Trinité

la Chapelle de la Trinité

statue de Saint-Louis à l'effigie de Louis XIII (par Francesco Bordoni)

la Chapelle de la Trinité

la Chapelle de la Trinité

les boiseries des chapelles latérales (restaurées eu Second Empire)

la Chapelle de la Trinité

la Chapelle de la Trinité

détail du plafond "le Christ triomphant au jour du Jugement Dernier, entouré des sept premières intelligences et de la justice" (par Martin Fréminet)

la Chapelle de la Trinité

la Chapelle de la Trinité

la tribune royale

la Chapelle de la Trinité

la Chapelle de la Trinité

la tribune royale avec le tapis fleurdelysé de la Savonnerie

la galerie François Ier

la galerie François Ier

la galerie François Ier

la galerie François Ier

la galerie François Ier

la galerie François Ier

détail des boiseries

la galerie François Ier

la galerie François Ier

"l'éléphant caparaçonné" (par Rosso Fiorentino)

la galerie François Ier

la galerie François Ier

détail des boiseries

la galerie François Ier

la galerie François Ier

"l'incendie" (par Rosso Fiorentino)

la galerie François Ier

la galerie François Ier

buste de François Ier

la galerie François Ier

la galerie François Ier

la salamandre, emblème de François Ier, avec la devise "je me nourris du bon feu et j'éteins le mauvais"

la salle des Gardes

la salle des Gardes

Première pièce de l'appartement du roi, elle est occupée par des soldats sous François Ier. Elle devient salle de réception sous Louis XIII, est restaurée sous Louis-Philippe et sert de salle à manger sous Napoléon III.

la salle des Gardes

la salle des Gardes

la cheminée

la salle des Gardes

la salle des Gardes

la salle des Gardes

la salle des Gardes

détail du plafond les chiffres royaux

la salle des Gardes

la salle des Gardes

la salle des Gardes

la salle des Gardes

un vase en porcelaine de Sèvres

la chambre de la Duchesse d'Étampes

la chambre de la Duchesse d'Étampes

Favorite de François Ier, sa chambre est décorée par Le Primatice. Au XVIIIᵉ siècle, Louis XV la transforme en escalier pour servir d'accès à l'appartement du roi.

la chambre de la Duchesse d'Étampes

la chambre de la Duchesse d'Étampes

"l'apothéose d'Alexandre" (détail du plafond, créé à la demande de Louis-Philippe)

la chambre de la Duchesse d'Étampes

la chambre de la Duchesse d'Étampes

la chambre de la Duchesse d'Étampes

la chambre de la Duchesse d'Étampes

la salle de bal

la salle de bal

la salle de bal

la salle de bal

détail du plafond

la salle de bal

la salle de bal

la Rotonde

la Rotonde

antichambre des appartements de Madame de Maintenon

la Rotonde

la Rotonde

la Déesse de la Nature (par Niccolò Pericoli dit Tribolo) Commandée par François Ier en 1529 afin de servir de support à une vasque.

la première salle Saint-Louis

la première salle Saint-Louis

Première antichambre de l'appartement du roi, encore appelée "salle du Buffet". C'est là qu'aux XVIIᵉ et XVIIIᵉ siècles le roi prenait seul son repas en public (Grand Couvert).

la première salle Saint-Louis

la première salle Saint-Louis

Les tableaux encastrés dans les boiseries, en majorité dûs à Ambroise Dubois (XVIIᵉ siècle), ont été installés sous le règne de Louis-Philippe.

le salon Louis XIII

le salon Louis XIII

Louis XIII naquit ici-même en 1601. Au XVIIᵉ siècle, c'était le cabinet du roi.

le salon Louis XIII

le salon Louis XIII

Le plafond et les murs furent décorés à la fin du règne de Henri IV. Les tableaux sont du peintre flamand Ambroise Dubois et illustrent un roman grec du IVᵉ siècle : "les amours de Théagène et Chariclée".

le salon François Ier

le salon François Ier

Sous le règne de François Ier, c'était l'appartement de la souveraine.

le salon François Ier

le salon François Ier

Sous le règne de Louis XVI, devenue la seconde antichambre de la reine, cette pièce était utilisée pour les repas publics de la famille royale. Elle devint salon de réception sous Louis-Philippe.

le salon François Ier

le salon François Ier

Les tapisseries de la série "les chasses de Maximilien" ont été tissées aux Gobelins au XVIIᵉ siècle.

le salon François Ier

le salon François Ier

Les deux cabinets d'ébène sont caractéristiques du XVIIᵉ siècle.

le salon des Tapisseries

le salon des Tapisseries

Salle des Gardes de la Reine puis première antichambre, la pièce est devenue salon de réception sous Louis-Philippe.

le salon des Tapisseries

le salon des Tapisseries

détail du plafond

le salon des Tapisseries

le salon des Tapisseries

Les tapisseries, tissées à Paris dans la première moitié du XVIIᵉ siècle, illustrent l'histoire de Psyché.

la galerie de Diane

la galerie de Diane

Longue de 80m et large de 20, elle a été construite sous le règne de Henri IV puis restaurée à la demande de Napoléon Ier et de Louis XVIII. Elle servit ensuite de passage et de salle des banquets avant d'être transformée en bibliothèque par Napoléon III (16 000 livres). Le grand globe appartenait à Napoléon Ier.

le salon blanc

le salon blanc

Salon d'attente des dames d'honneur de l'Impératrice Eugénie, il est situé à l'emplacement d'ancien cabinet dit "cabinet de Clorinde". Dans sa forme actuelle, il date du XIXᵉ siècle.

le salon blanc

le salon blanc

Le mobilier a été placé ici sous le règne de Louis-Philippe mais il est essentiellement d'époque Empire. Les sièges sont de Jacob Frères.

le grand salon de l'Impératrice

le grand salon de l'Impératrice

Grand cabinet de la reine avant la Révolution, utilisée comme salle de jeux et salle d'audience, cette pièce fut redécorée en 1786 pour Marie-Antoinette dans le style néo-classique inspiré par les fouilles de Pompéi et d'Herculanum. Elle devint sous Napoléon Ier le grand salon de l'impératrice.

le grand salon de l'Impératrice

le grand salon de l'Impératrice

décor mural (par Michel-Hubert Bourgois et Jacques Louis-François Touzé)

le grand salon de l'Impératrice

le grand salon de l'Impératrice

détail du plafond "Minerve couronnant les Muses" (par Simon Berthélemy)

la chambre de l'Impératrice

la chambre de l'Impératrice

Depuis la reine Marie de Médicis, épouse de Henri IV, jusqu'à l'impératrice Eugénie, toutes les souveraines de France occupèrent cette chambre.

la chambre de l'Impératrice

la chambre de l'Impératrice

Le plafond de bois doré est du XVIIᵉ siècle et son agrandissement au-desus de l'alcôve du XVIIIᵉ siècle.

la chambre de l'Impératrice

la chambre de l'Impératrice

Les portes et dessus de portes ont été réalisés pour Marie-Antoinette.

la chambre de l'Impératrice

la chambre de l'Impératrice

Le mobilier est celui que connut l'impératrice Joséphine.

la chambre de l'Impératrice

la chambre de l'Impératrice

la chambre de l'Impératrice

la chambre de l'Impératrice

Le lit fut exécuté pour Marie-Antoinette mais elle n'eut pas le temps de l'utiliser.

la chambre de l'Impératrice

la chambre de l'Impératrice

la salle du Trône

la salle du Trône

C'est l'ancien appartement du Roi, devenu l'appartement de l'Empereur. Cette pièce fut la chambre du Roi du XVIIᵉ siècle jusqu'à la Révolution et représentait le siège même de la Royauté. Napoléon Ier conserva cette fonction de lieu symbolique du pouvoir en transformant la pièce en salle du Trône.

la salle du Trône

la salle du Trône

L'ameublement fut conforme aux directives de l'étiquette impériale , souhaitant renouer avec le cérémonial de l'Ancien Régime.

la salle du Trône

la salle du Trône

Cette salle est aujourd'hui en France l'unique salle du Trône existant avec son mobilier.

la salle du Conseil

la salle du Conseil

Au XVIIIᵉ siècle, Louis XV fit de cette pièce le grand cabinet du Roi, ou cabinet du Conseil. La pièce fut remeublée pour Napoléon Ier.

la chambre de l'Empereur

la chambre de l'Empereur

Cette salle est située dans le bâtiment construit sous le règne de Louis XVI le long de la galerie François Ier. Napoléon Ier fit de cette pièce, ancien "cabinet à la poudre" (lieu servant à la toilette du Roi) sa chambre à coucher.

la chambre de l'Empereur

la chambre de l'Empereur

Cette chambre devint la chambre à coucher des souverains de Napoléon Ier à Napoléon III.

la petite chambre de l'Empereur

la petite chambre de l'Empereur

C'est l'ancien cabinet de travail de Louis XVI. D'abord chambre à coucher de Napoléon Ier, elle devint ensuite son cabinet de travail.

le salon de l'Abdication

le salon de l'Abdication

C'est sur le guéridon situé au milieu de la salle que Napoléon semble avoir signé son acte d'abdication le 6 avril 1814 avant de faire ses adieux à ses troupes dans la cour d'entrée du château.

le salon des aides de camps

le salon des aides de camps

Les aides de camp assuraient auprès de Napoléon un service de garde rapprochée. Installé à partir de 1806, le mobilier est plus simple, correspondant au règlement imposé par l'Empereur.

la grotte des Pins

la grotte des Pins

les Atlantes

le Jardin Anglais

le Jardin Anglais

l'aile des Ministres côté jardin

l'étang aux Carpes

l'étang aux Carpes

le pavillon de l'étang

le pavillon de l'étang

l'étang aux Carpes

l'étang aux Carpes

"l'enfant, le lapin et le chat"

la Porte Dorée

la Porte Dorée

la Cour Ovale

la Cour Ovale

le Grand Parterre

le Grand Parterre

le Grand Parterre

le Grand Parterre

le Grand Canal

le Grand Canal

une statue de Sphinx

le Grand Canal

le Grand Canal

le Grand Canal

le Grand Canal

"aigle défendant sa proie" (par Auguste Cain)

la Porte du Baptistère

la Porte du Baptistère

avec les colonnes cerclées

la Porte du Baptistère

la Porte du Baptistère

la Cour des Offices

la Cour des Offices

l'aile Louis XV

l'aile Louis XV

vue du jardin de Diane

le jardin de Diane

le jardin de Diane

"le danseur de Saltarello" (par Justin Chrysostome Sanson, 1867)

la fontaine de Diane

la fontaine de Diane

 

Consultez ALLO DOC PHOTO ou contactez-moi

(un petit commentaire sera apprécié / a comment will be appreciated)